AmazighSouss vous souhaite une bonne visite et navigation pour mieux connaitre notre communauté et ses 4 000 ans d'histoire
   
  Amazigh-Souss
  Aguerdoudad
 

Voici notre Village (voir photo) qui a une:

  Association Aguerdoudad pour le dévloppement et la coopération et une association à caractère non lucratif ne peux avoir de tendance ni politique ni syndicale, elle œuvre tout particulièrement à susciter les potentialités humaine et matérielles
dans la
réalisation des projets sociaux et culturels susceptibles de profiter a
ux habitants d’Aguerdoudad en premier pour se faire son atout principal serait d’instaurer au sein de cette petite communauté un climat de confiance, d’entente, de respect réciproque et de cohésion. Les termes de la charte mettent l’accent sur cette condition.

  Notre Association AguerdOuDad pour le Développement et la Coopération a été créée à Tafraout en 1995
Objectifs:
Développement durable de la région.
Activités réalisées:
Organisation d’un festival annuel à Tafraout depuis 5 ans
Organisation chaque année depuis 6ans d’une course sur la route
Organisation de la journée de l’enfant fin de chaque Mois de mars (3ans)
Dispense de cours d’alphabétisation notamment des femmes qui constituaient 70% des participants
Création d’un club féminin
Mise en place d’un atelier d’apprentissage artisanal
Création d’un club Internet, d’une salle de réunion et d’une garderie pour enfants.
Activités prévues:
Création d’un musé touristique dédié à l’artisanat local (babouches...)
Développement d'un  projet d’assainissement
 
Réaménagement de la place "Taguenite" et les entrées du Douar.
 



COUSTUMES ET HABILLEMENT AMAZIGH DE TAFRAOUT
Chez nous à Tafraout les femmes s’enroulées dans leur "Tamlhaft"; une double étoffe noire plus rarement bleu foncé , ou blanche "Tamlhaft "pour la marié et pendant les occasions , qui sert une fois nouée à la taille , de jupe longue , l’autre pan rabattu sur la tete ,voile le visage des regards masculins et des rayons de soleil c’est la tenue incontournable pour sortir de la maison
Dans la plaine de Souss, le costume est presque le même. Pour l’homme il est constitué du classique TCHAMIR, de la FOUKIA et de REZZA blanche parfois remplacée par TAGUIA. C’est dans la montagne que nous trouverons la plus grande variété de costumes; chaque tribu possède des particularités propres:
IDA OU TANANE: Les hommes portent un TCHAMIR qui s’attache au niveau du cou à l’aide d’un cordon; ils revêtent une cape en laine blanche, AHEDOUNE, et couvrent leur tête de REZZA. Ils chaussent des babouches appelées IDOUKANE et portent AKRAB (sacoche) en bandoulière, ainsi que LKHENJER. L’essentiel du costume féminin est AKECHAB. 
IDA OU GNIDIF: Dans la région de CHTOUKA au sud de l’Oued 
Souss, les femmes portent un volumineux Haïk, AFFAGOU, dont les bords et les coins sont décorés de minutieux motifs de couleurs et de formes géométriques variées. Une énorme ceinture de laine, TASMERT, sert AFFAGOU. TAOUENZA (frange) recouvre la tête et ses pendentifs descendent jusqu’au devant des yeux. Au oreilles elles accrochent TIHURZIN OUGLNINE; au cou elles ont un collier, TIFILIT N LUBANE, fait de grosses boules d’ambre agrémentées de boules d’argent. Au pied, LOQSINI de cuir rouge; leur semelle est énorme et les contreforts remontent jusqu’à mi-jambe
IDA OU KENSOUSS: Le costume est presque le même, mais ici la tête est couverte d’un voile, ADGHAR, de couleur blanche et orné de pompons ocres; il est maintenu par un bandeau noir. 
TIZI NTARKATIN: Les femmes portent un Haïk épais de laine blanche; le pan arrière est relevé sur les épaules; la tête est couverte de l’ADGHAR des IDA OU KENSOUSS; seule sa couleur change; il est noir avec des pompons ocres; il est relevé sur la tête et ses quatre coins sont noués. 
TAROUDANT: Le Haïk devient noir noir, TAMELHAFT est en coton. les sandales sont remplacées par CHERBILE décoré de broderies de soie et de fils d’or.

          Article de Mr. Asfar Brahim du 21Otobre 2007
         (Association AguerdOuDad pour le Développement et la  
coopération ) 

De la jmaà aux ONG

Les vieux du village siégeaient autrefois dans la jemaâ pour régler les problèmes du village. Aujourd’hui, les jeunes tentent de faire revivre leur douar via des associations de développement. Histoire d’une modernité puisée dans la tradition. (JPG)

Arpenter les routes montagneuses du Souss n’est pas sans surprise. En lieu et place de pistes encore mentionnées dans certains guides pourtant récents, le voyageur se retrouve sur de vraies routes, certes sinueuses, mais néanmoins fraîchement asphaltées.
Alors que le doute commence déjà à vous envahir - l’État se serait-il attelé à l’une de ses tâches avec l’ardeur du père fondateur ? - la réponse ne tarde pas. Ce lourd travail d’infrastructures, minimum vital pour espérer un jour désenclaver tous ces douars, est le fait d’associations de développement, véritables chevilles ouvrières de la région. Pas un douar traversé qui n’ait son association. Pour la construction de routes, de puits, pour l’électrification, pour l’alphabétisation ou le travail des femmes... Bref, des fourmis besogneuses qui n’ont pas attendu un hypothétique pour s’y mettre, on constate le travail réalisé et celui qui reste à mettre en œuvre.
Particularité de ces associations locales : la majorité ont été lancées par des ex-habitants partis s’installer dans des grandes villes Casablanca, Rabat, Marakech voire à l’étranger. Et autant le dire, certains d’entre eux sont devenus de véritables stars locales. Ainsi en est-il de Aziz Akhnouch , l’actuel président de la région Souss Massa Daraà,et fondation du sud ,origenaire d’Aguerd ou dad . Il est à l’origine du projet "Amenagement de la ville de Tafraout" dont l’objectif est trés claire rendre une vie meilleure aux habitants de cette région . 
Pour beaucoup d’observateurs locaux, cette vivacité et cette efficacité s’expliquent d’une part, par l’attachement viscéral des soussis à leur douar d’origine, d’autre part, par la survivance d’une tradition populaire fortement ancrée dans la région : la jemaâ. 
Forme primitive de démocratie populaire, la jemaâ était composée de tous les chefs de famille de la contrée qui avaient pour habitude de se réunir autour d’un feu, en sirotant leur thé et de débattre des affaires du douar. 
Chaque jemaâ avait ses propres règles, issues du Oûrf - les conventions tribales - dont certains préceptes étaient consignés par écrit. Dès lors qu’un contentieux arrivait à la jemaâ, les protagonistes remettaient entre ses mains leur sort et acceptaient sa décision.
Si cette tradition a disparu des villes, elle se maintient tant bien que mal dans les douars. je ne me souviens pas d’une affaire qui ait atterri au tribunal. Tous les conflits en matière civile ont été réglés grâce à la jemaâ. Pour le reste, ce sont les "gendarmes". 
D’où l’idée des associations de s’appuyer sur cette tradition démocratique, pour développer des projets en impliquant chacun des habitants à toutes les étapes : choix des solutions, travaux, gestion des installations, apports financiers directs, tarification des services...
Aujourd’hui, via ces associations, non seulement on leur demande leur avis, on les implique dans la conception et la réalisation du projet, mais ils suivent de surcroît chaque dirham investi . 
C’est ce qui explique le succès des associations de développement". Autre explication avancée : ces associations tentent, via des activités génératrices de revenus, de faire revivre ces villages, jugés mortifères il y a seulement quelques années. Quelques expériences d’écotourisme voient le jour, des opérations de micro-crédits ou l’apparition de coopératives incitent les femmes à commercialiser leurs travaux de tapisserie, de couture ou de production d’huile d’argane... Si certains estiment qu’il est déjà trop tard pour enrayer l’exode massif dont souffrent les douars du Souss,et Tafraout en général.

Article d'Asfar-Brahim (18 juillet 2007.)
© Copyright 2006 Aguerd-oudad



 

 

 
  Aujourd'hui sont déjà 31715 visiteurs (82288 hits) Ici! Cpyright  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
Esperant que tu soit satisfait,si par hasard vous avez des renseignements (meme historique) ,des articles et des photos pour enrichire ce site,je serais heureux de les recevoire . Merci pour votre visite